Gyeongbokgung, construit en 1395, a été l’un des sites les plus importants de la dynastie Joseon. En effet, pendant des décennies ce palais était la résidence royale principale du pays. Aujourd’hui, Gyeongbokgung fait partie des monuments les plus visités à Séoul. Je vous propose aujourd’hui de découvrir son histoire, ainsi que des informations pratiques si vous souhaitez visiter le palais.

Au sommaire :

Histoire de Gyeongbokgung

Suite à la fondation de la dynastie Joseon (1392), le roi Taejo (1335-1408) décide d’ériger en 1395 dans sa nouvelle capitale Hanyang (Séoul aujourd’hui), un palais principal appelé Gyeongbokgung. L’emplacement de Gyeongbokgung a été choisi entre Namsan et Bukgaksan, conformément aux principes du pungsu (풍수), la géomancie coréenne.

C’est Jeong Do-jeon (1342-1398), un politicien et savant, qui trouve le nom « Gyeongbok » (경복/景福). Il signifie le palais du “bonheur resplendissant”.

Durant les invasions japonaises “Imjinwaeran” (1592-1598), Gyeongbokgung, ainsi que Changdeokgung et Changgyeonggung sont incendiés. Les palais Changdeokgung et Changgyeonggung seront reconstruits. Toutefois, Gyeongbokgung est laissé à l’abandon pendant plus de 270 ans. Durant toutes ces décennies, Changdeokgung a pris le rôle de palais principal.

Gyeongbokgung

En 1865, le prince régent et le père du roi Gojong (1852-1919), Heungseon Daewongun (1820-1898), fait débuter un grand projet de reconstruction de Gyeongbokgung. Les travaux se terminent en 1867. Le palais redevient la résidence royale principale.

Cependant, en 1895, l’impératrice Myeongseong est assassinée dans le palais par un groupe de Japonais sous les ordres de Miura Gorō, le lieutenant-général de l’armée impériale japonaise. Ce malheureux événement est connu sous le nom d’incident d’Eulmi (을미사변). Le roi Gojong ne se sentant plus en sécurité au sein du palais, réussit en 1896 à se réfugier auprès de la légation Russe. Gyeongbokgung est ainsi redevenu inhabité.

Pendant l’occupation japonaise (1910-1945), une très grande partie des bâtiments de Gyeongbokgung seront détruits par les Japonais. En 1926, ils installent le siège du gouvernement général de Corée au sein du palais.

Lorsque la guerre de Corée (1950-1953) éclate, le palais Gyeongbokgung n’est malheureusement pas épargné. Ce n’est que dans les années 90, qu’un nouveau projet de restauration du palais Gyeongbokgung débute.

La visite de Gyeongbokgung

Le site du palais Gyeongbokgung est très vaste et il est composé de plusieurs édifices qui avaient chacun un rôle bien défini. Je vous propose d’en découvrir quelques-uns :

Gwanghwamun porte principale de Gyeongbokgung

1) Gwanghwamun (광화문)

Construite en 1395, Gwanghwamun est la porte principale de Gyeongbokgung. La grande porte se situe au sud du palais et à trois entrées en forme d’arcs. Celle du milieu était réservée au monarque et les deux autres portes étaient seulement empruntées par les fonctionnaires d’Etat et militaires. Sur les côtés, on peut voir des haetae (해태). C’est un animal mythique censé protéger le palais du feu.

Suite aux invasions japonaises en 1592, la porte Gwanghwamun a été détruite. Ce n’est qu’en 1868 qu’elle est reconstruite. Pendant la colonisation japonaise (1910-1945), Gwanghwamun est déplacée à l’est du palais, afin d’y construire le siège du gouvernement général de Corée.

Lors de la guerre de Corée (1950-1953), le sommet de Gwanghwamun est détruit. Il est finalement restauré en 1968. Sa partie supérieure est construite en béton à la place du bois. La porte est déplacée à nouveau au sud du palais, mais pas à l’endroit exact où elle se trouvait pendant la dynastie Joseon. De plus, le président Park Chung-Hee (1917-1979) a écrit l’enseigne en hangeul (alphabet coréen) au lieu du hanja (caractère chinois).

En 1995, la destruction du bâtiment du gouvernement général de Corée qui se trouvait derrière Gwanghwamun débute.

Un projet de restauration de Gwanghwamun commence en 2006. La porte est finalement reconstruite en 2010 sous la forme qu’elle abordait lors du règne du roi Gojong. Du bois a été utilisé pour sa partie supérieure. Gwanhwamun a également retrouvé son emplacement d’origine et l’enseigne a été écrite à nouveau en hanja.

Gyeongbokgung est composé de trois autres portes :

  • Geonchunmun (건춘문) est la porte est du palais Gyeongbokgung. Elle a été fondée en 1395 et sa dernière reconstruction date de 1867.
  • Sinmumun (신무문) est la porte nord de Gyeongbokgung. Elle a été édifiée en 1433 puis reconstruite en 1867.
  • Enfin, Yeongchumun (영추문) est la porte ouest du palais. Sa dernière reconstruction date de 1975.
Heungnyemun Gyeongbokgung

2) Heungnyemun (흥례문)

Heungnyemun est une porte de deux étages construite en bois. Elle a été édifiée en 1395 et en 1426, elle portait le nom de Hongnyemun (홍례문). Suite à sa destruction en 1592, elle est reconstruite en 1867 et renommée Heungnyemun ( (흥례문).

Lors de la colonisation japonaise, afin de construire le siège du gouvernement général de Corée, Heungnyemun est détruite. Ce n’est qu’en 2001, qu’elle est finalement restaurée.

Lors de votre visite du palais Gyeongbokgung, c’est à cet endroit du palais que vous montrerez vos tickets d’entrée.

Yeongjegyo, un pont au palais Gyeongbokgung

3) Yeongjegyo (영제교)

Yeongjegyo est un pont situé sur un ruisseau artificiel du nom de Geumcheon. Avant d’arriver à la salle du trône, il fallait traverser Geumcheon, afin de purifier son esprit .

Construit en 1395, Yeongjegyo portait au départ simplement le nom de “Seokgyo” (석교), qui signifie “pont de pierre”. Il prit ensuite le nom de Yeongjegyo en 1426 pendant le règne du roi Sejong (1397-1450).

Lors des invasions japonaises, le pont fait de pierre est resté intact. Toutefois, il finit par être détruit pendant l’occupation japonaise (1910-1945) pour la construction du siège du Gouvernement général de Corée. Les restes du pont ont été déplacés dans différents endroits du palais et dans les années 70, Yeongjegyo a été installé entre la porte Geonchumun et Geunjeongjeon.

Suite au projet de restauration du palais, le pont finit par être restauré en 2001 à son emplacement d’origine. C’est-à-dire devant la porte Geunjeongmun.

En observant de près Yeongjegyo, vous remarquerez qu’à gauche et à droite du pont, il y a des animaux imaginaires appelés “Cheonrok” (천록). Ce sont des gardiens du palais.

Geunjeongmun, porte qui mène à la salle du trône Geunjeongjeon

4) Geunjeongmun (근정문)

Geunjeongmun est la porte qui mène à la salle du trône Geunjeongjeon. Construite en 1395, elle est détruite pendant les invasions japonaises en 1592. Elle est finalement reconstruite en 1867.

Lors de l’occupation japonaise (1910-1945), le bâtiment du gouvernement général de Corée a été construit juste en face de la porte Geunjeongmun.

Geunjeongmun est l’un des plus anciens édifices du palais. C’est pour cette raison que la porte a été désignée comme trésor national n° 812 en 1985.

Geunjeongjeon, la salle du trône de Gyeongbokgung

5) Geunjeongjeon (근정전)

Après avoir franchi les trois portes et le ruisseau, nous arrivons face à Geunjeongjeon, la salle du trône.

Il s’agit du bâtiment central du palais Gyeongbokgung. C’est ici où le roi gérait les affaires de l’Etat et où se déroulaient des événements importants : les cérémonies du couronnement, la réception d’émissaires étrangers ou encore le concours de la fonction publique.

Le nom “Geunjeon” (근정 / 勤政) donné par Jeong Do-jeon, signifie “gouverner un pays avec diligence”. Cela veut dire que le roi doit gouverner les affaires du pays avec attention.

Le magnifique bâtiment de deux étages a été construit en 1395. Il fut incendié lors des invasions japonaises puis reconstruit en 1867. Geunjeongjeon n’a pas été détruit pendant la colonisation japonaise (1910-1945) et la guerre de Corée (1950-1953). C’est pour cette raison qu’en 1985, que la salle du trône a été désignée trésor national n °223.

A l’intérieur de l’édifice, on peut y voir au milieu le siège du roi ( Eojwa/어좌). A l’arrière-plan, on aperçoit un paravent, connu sous le nom de “Ilwol Obongdo” (일월오봉도) avec un soleil, la lune et cinq montagnes. Le plafond est décoré de deux dragons, appelés « Chiljoryong » (칠조룡). Ils symbolisent le roi.

Entre Geunjeongmun et Geunjeongjeon, on trouve une grande cour avec une voie pavée. Elle était empruntée seulement par le roi. Sur les côtés, on peut voir des pierres du nom de « Pumgyeseok » (품계석) qui sont alignées. Les hauts fonctionnaires se tenaient devant elles en fonction de leur rang.

Sajeongjeon à Gyeongbokgung, Séoul

6) Sajeongjeon (사정전)

Sajeongjeon était le bureau du roi. C’est ici où il s’occupait des affaires de l’Etat au quotidien. Il a été bâti, lors de la construction du palais Gyeongbokgung en 1395.

Détruit à plusieurs reprises, Sajeongjeon est finalement reconstruit en 1867. Lors de l’occupation japonaise, l’édifice a été converti en salle philanthropique.

En 2012, Sajeongjeon a été désigné comme trésor national n°1759.

Du côté, ouest de Sajeongjeon, vous trouverez l’édifice Cheonchucheon (천추전). Il a aussi été détruit pendant les invasions japonaises en 1592 et il a été reconstruit en 1867.

Du côté est de Sajeongjeon, vous verrez cette fois-ci le pavillon Manchunjeon ( (만춘전). Détruit en 1592, le pavillon est reconstruit en 1867. Il est de nouveau détruit en 1950 puis finalement rebâti en 1988.

A l’origine, Cheonchucheon et Manchuncheon étaient reliés à Sajeongjeon par des couloirs. Ces derniers ont été démantelés pendant l’occupation japonaise et n’ont depuis pas été reconstruits.

Note : A la différence de Sajeongjeon, des ondols (système de chauffage par le sol coréen) étaient installés à Cheonchujeon et Manchunjeon.

Sojubang, cuisine du palais Gyeongbokgung

7) Sojubang (소주방)

Sojubang est la cuisine du palais Gyeongbokgung. Elle est composée de trois bâtiments. Naesojubang (내소주방) était le bâtiment où l’on cuisinait les repas du roi au quotidien. Oesojubang (외소주방) était le lieu où les banquets royaux étaient préparés. Enfin Saengmulbang (생물방) était l’endroit où l’on préparait les collations.

La cuisine aurait été construite en 1395 pendant la création de Gyeongbokgung. Sojubang a été détruite en 1592 et restaurée pendant le règne du roi Gojong en 1867. Elle a ensuite été détruite pendant la colonisation japonaise puis a finalement été reconstruite en 2015.

Donggung Gyeongbokgung, Séoul

8) Donggung (동궁)

Donggung, le palais de l’est, est composé de Jaseongdang (자선당) et Bihyeongak ((비현각). C’est ici que résidaient et étudiaient les princes héritiers et princesses héritières.

Jaseongdang a été construit en 1427 et après avoir été détruit en 1592, il fut reconstruit en 1867. Pendant l’occupation japonaise, le bâtiment a été vendu à Ōkura Kihachirō, un homme d’affaires japonais. En conséquence, il a été démantelé puis déplacé à Tokyo pour être utilisé comme musée privé. Durant le tremblement de terre Kanto en 1923, une bonne partie de Jaseongdae a été incendiée.

Le pavillon finit par être découvert en 1993 par le professeur Kim Jeong-dong. Les restes de l’édifice retournent ensuite au palais en 1995. Trop fragiles pour être utilisés pour la reconstruction de Jaseongdang, ils sont exposés du côté de Geoncheonggung au palais Gyeongbokgung. Un tout nouveau bâtiment est construit en 1999.

Bihyeongak a été construit en 1463. Détruit en 1592, le bâtiment fut reconstruit en 1866. Il a aussi été vendu à un Japonais. Il n’est jamais revenu à Gyeongbokgung. En 1999, un nouvel édifice a été construit.

Gangnyeongjeon au palais Gyeobgokgung à Séoul

9) Gangnyeongjeon (강녕전)

Gangnyeongjeon était le quartier privé du roi. C’est ici où il se reposait et prenait ses repas, mais il pouvait aussi y travailler et étudier. Le bâtiment a été détruit et reconstruit à plusieurs reprises.

En 1917, il est démantelé afin d’être utilisé pour la reconstruction Heejeongdang à Changdeokgung. Gangnyeongjeon finit par être rebâti en 1995.

Gyotaejeon Gyeongbokgung Seoul

10) Gyotaejeon (교태전)

Gyotaejeon était la résidence de la reine. Le bâtiment a été construit en 1440. Comme Gangnyeongjeon, le bâtiment a souvent été détruit puis rebâti. Sa dernière reconstruction date de 1888.

Toutefois, l’édifice est aussi démantelé pour la reconstruction de Daejojeon suite à l’incendie du palais Changdeokgung. Il est finalement restauré en 1995.

Cheminées du jardin amisan à Gyeongbokgung

11) Les cheminées du jardin Amisan (아미산 굴뚝)

Dans l’arrière-cour de Gyotaejeon, on trouve le jardin en terrasses Amisan. On peut y voir quatre cheminées joliment décorées de motifs symboliques datant de 1867. Elles servaient à évacuer la fumée venant de l’ondol de Gyotaejeon. En 1885, les cheminées ont été désignées trésor national N°811.

Jagyeongjeon au Palais Gyeongbokgung à Séoul en Corée du Sud

12) Jagyeongjeon (자경전)

Jagyeongjeon était le quartier résidentiel de la reine Sinjeong (1808-1890), la mère adoptive du roi Gojong. Le bâtiment a été construit en 1867. Après avoir été détruit, il finit par être reconstruit en 1888. Jagyeongjeon a été désigné trésor national N°809 en 1985.

Hamhwadang au Palais Gyeongbokgung à Séoul

13) Hamhwadang et Jibgyeongdang (함화당과 집경당)

Construits en 1890, Hamhwadang et Jipgyeongdang sont deux bâtiments reliés par un couloir. Leur utilité exacte n’est pas connue à ce jour. Toutefois, des documents indiquent que le roi Gojong aurait reçu des émissaires étrangers dans ces deux édifices.

Hyangwonjeong à Gyeongbokgung, Seoul, Coree du Sud
© Crédit photo : 김대정 / Pexels

14) Hyangwonjeong (향원정)

Hyangwonjeong est un magnifique pavillon situé tout au nord de Gyeongbokgung. Il a été créé par le roi Gojong et l’impératrice Myeongseong. C’était un lieu de détente pour la famille royale. Sa date de construction est à ce jour inconnue. Toutefois, il a été estimé que le pavillon aurait été bâti autour de 1885.

Hyangwonjeon n’a pas été détruit pendant la colonisation japonaise, ni pendant la guerre de Corée. Il a été désigné trésor national n°1759 en 2012.

Pour accéder à la pagode qui se situe au milieu de l’étang Hyangwonji (향원지), un pont en bois du nom de Chuihyanggyo (취향교) a été construit. Pendant la guerre de Corée, il a malheureusement été détruit, puis reconstruit en 1953.

Geoncheonggung, résidence royale à Gyeongbokgung

15) Geoncheonggung (건청궁)

Construit en 1873, Geoncheonggung était une résidence royale utilisée par le roi Gojong et l’impératrice Myeongseong. Le lieu est composé de plusieurs édifices et c’est à Gonnyeonghap (곤녕합) que s’est produit l’incident d’Eulmi (을미사변) avec l’assassinat de l’impératrice Myeongseong. Après que le roi ait rejoint la légation russe, les Japonais ont détruit Geoncheonggung en 1919. Ils ont construit à la place le musée du gouvernement général de Corée en 1939. Geoncheonggung a  finalement été reconstruit en 2007.

Jibokjae, bibliothèque royale à Gyeongbokgung

16) Jibokjae (집옥재)

Suite à un important incendie en 1876 à Gyeongbokgung, le roi Gojong a temporairement résidé à Changdeokgung. Après son retour au palais, Jibokjae a été transféré de Changdeokgung à Gyeongbokgung en 1891.

Jibokjae est relié par des couloirs à Hyeopgildang (협길당) et Parujeong (팔우정), un pavillon octogonal à deux étages. Certaines caractéristiques des édifices sont influencées par l’architecture chinoise. Le roi se servait de ces lieux comme bibliothèque et il y recevait aussi des émissaires étrangers.

Pendant votre visite du palais, il est possible de rentrer à l’intérieur de Jibokjae. En effet, l’édifice a été transformé en bibliothèque publique et le pavillon Parujeong est devenu un café.

  • Jours et horaires d’ouverture de Jibokjae 

Ouvert de 10:00 à 16:00 – Fermé tous les mardis

  • Carte de Jibokjae

17) Taewonjeon (태원전)

Taewonjeon est un lieu qui a été construit en 1868 pour conserver le portrait du roi Taejo, le fondateur de la dynastie Joseon. Il est démoli pendant la colonisation japonaise (1910-1945) puis finalement reconstruit en 2005.

Aux alentours de Taewonjeon, on trouvait d’autres édifices comme Binjeon, qui était un lieu où les cercueils des membres de la famille royale étaient déposés pendant 5 mois avant d’être transportés dans un tombeau royal. Honjeon conservait les tablettes ancestrales pendant 2 ans avant qu’elles soient amenées au sanctuaire Jongmyo. Enfin, Yeongjeon était un lieu où l’on faisait des rites commémoratifs avec le portrait des défunts.

Gyeonghoeru au palais Gyeongbokgung, Seoul

18) Gyeonghoeru (경회루)

Gyeonghoeru est un pavillon qui repose sur 48 piliers au-dessus d’un étang artificiel. C’est à cet endroit que des banquets étaient organisés lorsque le pays célébrait d’heureux événements et qui accueillait des émissaires étrangers. Il s’agit de l’un des plus grands pavillons de Corée.

A l’origine, c’était un petit pavillon, mais il a été agrandi pendant le règne du roi Taejong en 1412. Pendant les invasions japonaises, il a été incendié et il restait seulement ses piliers en pierre. Le pavillon a par la suite été reconstruit en 1867 puis en 1985, il a été désigné trésor national n°224.

De nos jours, il est possible de visiter le magnifique pavillon Gyeonghoeru. La durée de la visite guidée (uniquement en coréen) dure environ 40 minutes.

  • Jours et horaires de visite de Gyeonghoeru

Visite du mois d’avril au mois d’octobre tous les jours (sauf les mardis) à 10:00, 14:00 ou 16:00

  • Réservation :

Réservation uniquement en ligne sur ce site internet (anglais). Il faut amener son passeport et une capture d’écran ou une photocopie de la confirmation de votre réservation.

  • Tarif :

Pas de frais supplémentaires – Il faut seulement acheter le ticket d’entrée pour Gyeongbokgung (plus d’informations en bas de page)

  • Point de rencontre

Le lieu de rencontre est à Hamhongmun (함홍문), la porte centrale de Gyeonghoeru – Carte sur Naver Map

Sujeongjeon au Palais Gyeongbokgung, Séoul, Corée du Sud

19) Sujeongjeon (수정전)

Sujeongjeon est un édifice qui a été construit en 1867. Il a, entre autres, été utilisé comme bureau du cabinet pendant des mouvements de réforme en 1894. Sujeongjeon a été désigné en 2012 comme trésor national n°1760.

Lors du règne du roi Sejong, on trouvait à la place un pavillon du nom de Jiphyeonjeon. Il s’agit d’un institut de recherche créé spécialement par le roi. C’est à cet endroit que le Hangeul a été inventé en 1443 par le roi Sejong avec l’aide de savants.

gyeongbokgung releve de la garde

Assister à la relève de la garde à Gyeongbokgung

Si vous vous rendez à Gyeongbokgung ne manquez pas la cérémonie de la relève de la garde située entre Gwanghwamun et Heungyemun. Cette reconstitution, qui a lieu depuis 2002, se base sur des archives historiques datant du règne du roi Yejong (1450-1469) pendant la dynastie Joseon (1392-1910).

  • Jours et horaires de la cérémonie de la relève de la garde : Tous les jours (sauf les mardis) à 10:00 et 14:00 - durée environ 20 minutes
  • Lieu de la cérémonie de la relève de la garde : Entre Gwanghwamun (광화문) et Heungyemun (흥례문) - Carte sur Naver Map

Cérémonie de changement de garde

Il est également possible de voir la cérémonie de changement de garde à la porte Gwanghwamun.

  • Jours et horaires : Tous les jours (sauf les mardis) à 11:00 et 13:00 - durée environ 10 minutes
Visite nocturne Gyeongbokgung

Visite nocturne du palais Gyeongbokgung

Chaque année il est possible de découvrir Gyeongbokgung de nuit. En 2022, l’événement aura lieu du 01 avril au 29 mai.

  • Jours et horaires : Du 01 avril au 29 mai de 19:00 à 21:30 (dernière admission à 20:30)
  • Réservation : En ligne sur ce site internet (coréen) ou sur place (limité à 500 places).
  • Tarif : 3,000 won

Gyeongbokgung était le centre politique, économique et culturel pendant de nombreuses décennies. C’est pourquoi sa visite est indispensable si vous souhaitez en apprendre sur l’histoire de la Corée, mais aussi pour y admirer sa belle architecture.

Informations générales

Gyeongbokgung (경복궁)

Ville :

Séoul

Arrondissement :

Jongno-gu

Horaires et tarifs


Horaires d’ouverture : 

– Janvier à février : 09:00 – 17:00
– Mars à mai : 09:00 – 18:00
– Juin à août : 09:00 – 18:30
– Septembre à octobre : 09:00 – 18:00
– Novembre à décembre : 09:00 – 17:00

Dernière admission : 1 heure avant la fermeture


Jour de fermeture : 

Gyeongbokgung est fermé tous les mardis


Prix :

– Tarif adulte (19 à 64 ans) : 3,000 won
– Tarif enfant (7 à 18 ans) : 1,500 won


Entrée gratuite pour :

– Les enfants de moins de 6 ans
– Les adultes qui ont 65 ans ou plus de 65 ans
– Les personnes qui portent un hanbok (vêtement traditionnel coréen)
– Les derniers mercredis de chaque mois à l’occasion de la journée de la culture


Visites guidées à Gyeongbokgung

Des visites guidées gratuites en anglais se déroulent toute la semaine (sauf le mardi) à 11:00, 13:00 ou 15:30. La durée de la visite dure entre 1 heure et 1 heure 30.

Le point de rencontre est devant le centre d’informations du palais à l’intérieur de la porte Heungnyemun.

Comment aller à Gyeongbokgung ?


Adresse :

161 Sajik-ro, Jongno-gu, Seoul, Corée du Sud (서울 종로구 사직로 161 경복궁)


S’y rendre en métro :

– Ligne 3, Gyeongbokgung station (경복궁역), sortie 5. Marcher environ 5 minutes.

– Ligne 5, Gwanghwamun station (광화문역), sortie 2. Marcher environ 09 minutes.


S’y rendre en bus :

– Prendre le bus n° 401, 406, 700, 704, 707, N51, 1711, 7016, 7018, 7022, 7212, Jongno 09 ou Jongno 11 et s’arrêter à l’arrêt de bus Sejong Center for the Performing Arts – 세종문화회관

– Prendre le bus n°109, 171, 272, 601, 606, 710, N51, 1020, 7025, 01 ou 01A et s’arrêter à l’arrêt de bus Gyeongbokgung (Government Complex-Seoul) – 경복궁


La carte de Gyeongbokgung

Que faire aux alentours de Gyeongbokgung ?

  • Gwanghwamun Square
  • Musée folklorique national de Corée
  • National palace museum of Korea

En découvrir plus…



Ressource externe :


Palais Gyeongbokgung Gyeongbokgung palace
Vous avez aimé l'article ? N'hésitez pas à l'épingler sur Pinterest ou à le partager sur les réseaux sociaux !